Говорят очевидцы

Dzhankoy après le raid : comment la persécution paralyse la vie des croyants

Crimée

Sergey et Zhanna Lungu sont mariés depuis deux ans. Bien qu’ils aient l’air d’être des conjoints assez heureux, il n’est pas facile pour eux de parler de ce qui s’est passé le 15 novembre 2018. À la suite de ces événements, ils ont perdu un enfant.

Ce soir-là, à Dzhankoy (Crimée), l’une des plus grandes opérations spéciales de la Russie moderne a été menée contre des croyants pacifiques. Près de deux cents policiers, FSB et policiers anti-émeutes ont été impliqués.

« J’ai vu qu’il y avait une grande foule d’employés masqués de noir près de ma porte », se souvient Vladimir Bezhenar, « Ils rampaient à travers ma porte, et j’ai eu l’impression qu’ils étaient comme des serpents. Je pensais que si je n’ouvrais pas la porte en premier, ils commenceraient à nous mettre à la porte, à crier et à nous frapper. Il y avait des amis à moi dans la maison qui étaient aussi en état de choc.

Parmi ses amis se trouvait Alexeï Filatov. Il a essayé de faire un enregistrement vidéo de ce qui se passait, mais il a été immédiatement tordu et emmené chez lui. Il s’est avéré qu’un grand groupe de soldats armés des forces spéciales l’attendait à la porte, car les perquisitions avaient lieu dans l’affaire contre son père, Sergueï Filatov. « Quand je suis entré, raconte Sergueï Filatov, j’ai vu mon fils debout, dos au réfrigérateur, menotté. » Alexeï raconte : « J’ai été menotté pendant une quarantaine de minutes avant l’arrivée de mes parents. »

Pendant ce temps, les forces de sécurité ont envahi la maison d’Alexander Urs, 78 ans, dont le nom n’était même pas mentionné dans le mandat de perquisition. Il se souvient douloureusement de la brutalité avec laquelle les forces de l’ordre ont agi contre lui : « J’ai réussi à faire un pas, je suis arrivé ici, il m’a cassé ce bras, puis cette main, il m’a frappé sur les jambes : « Là, au mur ! » Et puis j’ai voulu me retourner et voir ce qu’ils faisaient à mon fils, et il m’a frappé contre le mur, et je me suis cogné la tête. Et ça m’écarte les jambes, je suis déjà plus... Je n’ai plus de force, et je commence déjà à tomber, déjà à genoux. « Qu’est-ce que tu fais ? » Je vais avoir 80 ans, je résiste, ou quoi, pourquoi me tords-tu les mains ? Et puis fouille-moi à nouveau, de la tête aux pieds. Par trois fois, il marcha sur ses mains et ordonna : « Levez les mains ! » Je lève les mains. Encore une fois : « Mains en l’air ! » et puis il m’a conduit. Ses mains m’ont été ramenées, et ainsi, me retenant avec ses mains, il m’a déjà conduit dans la maison.

Les actions injustifiées et dures des forces de sécurité ont conduit à ce que certains croyants aient besoin de soins médicaux urgents. « D’après ce que j’ai vu, d’après ce qui se passait dans ma maison, ma tension artérielle a commencé à augmenter », raconte Vladimir Bezhenar.- Puis mon bras gauche a commencé à se tordre et ma jambe gauche a commencé à s’engourdir. Sa femme Lilia se souvient : « Je vois que l’état de Vova va de plus en plus mal, de pire en pire. Ils ont commencé à dire qu’il fallait appeler une ambulance. J’ai dit : « Bien sûr, appelez une ambulance, bien sûr ! » L’équipe d’ambulanciers est arrivée et a décidé d’hospitaliser d’urgence Vladimir avec un accident vasculaire cérébral présumé.

Pendant ce temps, une autre équipe médicale a fourni une aide d’urgence dans la maison de Mikhaïl et Lioubov Gojane, où des agents ont également envahi le pays. Lyubov souffrait d’hypertension artérielle et d’un rythme cardiaque rapide, le tout accompagné de crampes aux jambes. « J’ai senti que ma tension artérielle augmentait, je tombais malade, j’avais une piqûre dans la poitrine, tout se serrait », raconte Lioubov Gozhan.- Le médecin m’a demandé quelle était la raison de mon pouls élevé. Je dis : « Le stress. » Il a regardé comme ça et a dit : « Bien sûr, à cause d’un tel stress, il n’y aura pas un tel pouls. »

Les perquisitions, qui ont commencé simultanément dans 8 maisons de croyants, se sont poursuivies jusque tard dans la nuit. Des appareils électroniques, des dossiers personnels, des lettres et des photographies ont été saisis.

« Quand ils m’ont fait sortir de la maison, j’ai cru qu’ils m’emmenaient dans un centre de détention provisoire, j’ai vu des correspondants avec le logo Vesti 24 près de chez moi », se souvient Sergueï Filatov. Plus tard, des images ont circulé à l’antenne et sur les réseaux d’information dans lesquelles des journalistes criaient : « Juste quelques mots, que s’est-il passé ? Ils disent que vous êtes sectaire. Sergueï raconte : « Je n’ai pas répondu un seul mot, parce que j’ai compris que tout ce que je disais pouvait être déformé et présenté de manière incorrecte. » Le présentateur a également déclaré aux téléspectateurs : « De la littérature extrémiste a été trouvée chez lui, ainsi que des manuels de psychologie et de recrutement. » Ce n’était pas vrai. « De tels documents n’ont pas été saisis lors de la perquisition », explique Sergueï.- De fausses informations ont été données afin de me présenter, moi, ma famille et mes amis, sous un mauvais jour. Ils ont saisi des angles qui me montraient dans une position inconfortable : comme si j’étais assis et que je me sentais coupable, mais en ce moment, je priais Jéhovah de me donner la force de tout endurer.

Après une brève conversation avec l’enquêteur, Sergueï Filatov a été libéré sous caution. Il a été inculpé de « poursuite des activités d’une organisation extrémiste ». « Dans la voiture, on m’a proposé de coopérer, raconte Sergueï.- J’ai besoin d’informations : tous mes complices, toutes mes apparitions, toutes mes rencontres. » Ce à quoi j’ai refusé, alors ils ont porté plainte et maintenant je suis l’accusé.

À peu près au même moment, des agents des forces de l’ordre sont entrés dans la maison de Sergueï et Zhanna Lungu, dont il a été question au tout début. Il n’y avait pas de propriétaires de la maison. Lorsqu’ils sont revenus le lendemain matin, ils ont trouvé des traces évidentes d’une perquisition. « J’ai vu que la porte avait été enfoncée. Quand j’entre, je vois ce qui est piétiné. Je vois aussi que tout semble être en place, mais ensuite, comme nous l’avons découvert, notre tablette a disparu », raconte Sergueï. Le couple décida de ne pas rester dans la maison, mais d’aller chez les parents de Zhanna à Yalta. Sur le chemin, Jeanne va de plus en plus mal, elle se plaint de douleurs. Elles voulaient annoncer la nouvelle de la grossesse à leurs parents. « Mais dès le lendemain, il s’avère que je l’emmène à l’hôpital, chez le gynécologue », explique Sergueï. Un jour plus tard, il est devenu évident qu’ils avaient perdu un enfant. « Dès qu’on m’a dit à l’échographie que ça y est, qu’il n’y a pas d’enfant, j’ai fait une crise de colère. Je n’ai même pas pu appeler Seryozha pour lui en parler.

Les croyants espèrent que les forces de l’ordre auront le courage de ne pas recourir à la dissimulation de la tragédie et que, lors de la prochaine recherche de croyants pacifiques, ils ne perdront au moins pas la face humaine dans l’exercice de leurs fonctions.

« Ils nous ont emmenés... comment ils prennent des criminels, armés. Nous avons sauté par-dessus la clôture. Ne l’aurions-nous pas ouvert si on nous avait dit : « Police ! », mais au lieu de nous introduire si fort... », s’interroge Victor Ursu. Son père âgé présente des écorchures et des ecchymoses laissées par les actions brutales des forces de sécurité. Mais ces blessures, assure-t-il, ne sont rien comparées aux expériences émotionnelles et aux humiliations que lui et ses amis ont dû endurer. « C’est cela, pourrait-on dire, l’anarchie », dit-il, « se tordre les mains, chercher. C’est une telle humiliation.

« La vie dans notre famille a commencé à se diviser entre l’avant et l’après », admet Vladimir Bezhenar.- Tout dans l’ensemble : les sentiments que nous avons éprouvés ce soir-là, l’humiliation - morale, physique et bien plus encore.

Beaucoup de ceux qui ont été fouillés à Dzhankoy savent depuis leur enfance ce qu’est la persécution pour la foi. Mais, selon eux, ils n’ont jamais été confrontés à de tels mauvais traitements. « Il n’y a jamais eu un tel traitement », dit Alexandru Ursu, « ni dans l’enfance, ni quand ils ont été expulsés, ni quand il y avait encore des perquisitions , ni quand ils ont été convoqués et parlés. » « Personne ne s’autorisait, par exemple, à se tordre les mains, à se frapper les jambes », ajoute son fils Victor. « Personne n’a escaladé le portail, personne n’a encerclé la maison, il n’y avait personne avec de telles armes », explique Lilia Bejenari.

Les croyants essaient toujours de trouver le positif. « Certaines personnes nous ont rencontrés et nous ont dit : 'Nous prions pour votre famille' », raconte Lilia Bezhenari. Les gens ont compris que... Eh bien, vous ne pouvez pas nous faire ça, nous ne sommes pas les mêmes personnes ! Qu’avons-nous fait de mal ?

Même le président du pays a qualifié la persécution des Témoins de Jéhovah de « non-sens total » et a promis de se pencher sur la question. « En ce qui concerne les Témoins de Jéhovah. [...] Bien sûr, c’est un pur non-sens, nous devons l’examiner attentivement, et je suis d’accord avec vous sur ce point. [...] Les Témoins de Jéhovah sont aussi chrétiens, et je ne comprends pas vraiment pourquoi ils devraient être persécutés » (extrait de la transcription du discours de Vladimir Poutine lors d’une réunion du Conseil pour le développement de la société civile et des droits de l’homme le 11 décembre 2018).

Pendant ce temps, Sergueï Filatov, père de quatre enfants, est contraint de se rendre chaque semaine à Simferopol pour des interrogatoires. « Je m’inquiète pour ma famille, pour mes enfants, parce que je ne sais pas à quoi m’attendre de la part des forces de l’ordre, parce qu’ils m’ont déjà stigmatisé comme un criminel. »

Le lendemain des perquisitions, Vladimir Bezhenar a été hospitalisé. Heureusement, ses soupçons d’accident vasculaire cérébral n’ont pas été confirmés. « Je ne sais pas quand nous nous remettrons de cette maladie », dit sa femme, « et il prend des pilules très sérieuses qui l’aident à se calmer un peu. »

Lioubov Gozhan prend toujours des médicaments qui normalisent la pression artérielle et ne peut pas dormir sans sédatifs, ainsi que d’autres victimes. « C’était beaucoup de stress pour moi », dit-elle, « je n’ai pas pu dormir pendant plusieurs nuits. Pour moi, c’était effrayant le soir venu.

Sergey et Zhanna espèrent vraiment qu’ils auront certainement un bébé.

Cas de Filatov à Dzhankoy

Historique de l’affaire
Sergueï Filatov, père de quatre enfants, menait une vie tranquille à Dzhankoy, où il avait quitté la région de Kherson pour s’occuper de sa fille malade. Un soir d’automne 2018, lors d’un raid à grande échelle des forces de l’ordre, sa maison a été attaquée par un détachement des forces spéciales armées. Les forces de l’ordre ont estimé qu’un père de famille exemplaire « sape les fondements de l’ordre constitutionnel et de la sécurité de l’État ». Il convient de noter qu’il n’y a pas eu de victimes dans l’affaire pénale, que le témoin de l’accusation était un agent de sécurité, et que le recteur d’une église orthodoxe et un résident local, Alexeï Voznyak, ayant une « formation supérieure en études religieuses », ont été impliqués en tant que spécialistes. Le 5 mars 2020, la juge du tribunal de district de Dzhankoy, Maria Ermakova, a condamné le croyant à 6 ans de prison. Il purge sa peine dans une colonie pénitentiaire. Sergueï reste de bonne humeur et est respecté parmi les prisonniers.
Chronologie

Personnes impliquées dans l’affaire

Affaire pénale

Région:
Crimée
Localité:
Dzhankoy
Soupçonné de:
« À une date non précisée, au plus tard le 13 octobre 2017, a mené des activités organisationnelles visant à poursuivre les activités illégales de cette organisation [les Témoins de Jéhovah LRO 'Sivash'], exprimées par la tenue de réunions et de discours religieux, ainsi que par la promotion des idées religieuses de cette organisation par le biais d’un lieu d’habitation enregistré » (extrait de l’ordonnance sur l’ouverture de poursuites pénales)
Numéro de dossier:
11807350001000073
Initié:
10 novembre 2018
Stade actuel:
Le verdict est entré en vigueur
Enquête:
Département d’enquête de la région de Crimée et de Sébastopol
Article du Code pénal russe:
282.2 (1)
Numéro de l’affaire devant le tribunal:
22-1210/2020
Cour:
Верховный суд Республики Крым
Juge au Tribunal de première instance:
Мария Ермакова
Historique de l’affaire

Cas d’Ursu à Dzhankoy

Historique de l’affaire
À l’été 2023, 5 ans après les perquisitions massives des Témoins de Jéhovah à Dzhankoy (Crimée), les forces de sécurité ont de nouveau envahi les maisons des croyants. Ils ont arrêté Victor Ursa pour avoir prétendument refusé de montrer son passeport. Le croyant a passé 12 jours dans le centre de détention temporaire, après quoi le tribunal l’a placé en résidence surveillée. Ursa a été accusée d’avoir organisé les activités d’une organisation extrémiste uniquement en raison de sa foi
Chronologie

Personnes impliquées dans l’affaire

Affaire pénale

Région:
Crimée
Localité:
Dzhankoy
Soupçonné de:
« a discuté des textes et des dispositions religieuses des Témoins de Jéhovah, coordonné les activités des congrégations » (extrait de la décision d’engager des poursuites)
Numéro de dossier:
12302350007000066
Initié:
7 août 2023
Stade actuel:
Examen des pièces du dossier par l’accusé
Enquête:
Direction des enquêtes pour la ville de Dzhankoy du Comité d’enquête de la Fédération de Russie pour la République de Crimée et la ville de Sébastopol
Article du Code pénal russe:
282.2 (1)
Historique de l’affaire