Actualisé: 24 juillet 2024
Nom: Agadzhanov Sergey Artemovich
Date de naissance: 20 octobre 1957
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (2)
Limites actuelles: Contrat d’engagement
Phrase: Peine de 3 ans d’emprisonnement, avec privation du droit de participer à des activités liées à la participation au travail des organisations et associations religieuses publiques pour une durée de 3 ans, avec restriction de liberté pour une durée de 10 mois, une peine d’emprisonnement est considérée comme avec sursis avec une période probatoire de 3 ans

Biographie

Le 20 mars 2019, les perquisitions et les interrogatoires de citoyens en lien avec leurs croyances chrétiennes ont repris à Magadan. Sergueï Agadjanov est devenu un nouvel accusé dans l’affaire pénale contre les croyants de Magadan, qui avaient déjà atteint l’âge de 13 ans. L’enquête pense qu’il a participé à des services religieux. Que sait-on de lui ?

Sergueï est né en 1957 dans le village de Pervomaïski, dans la région de Louhansk, en Ukraine. Il a une sœur cadette et deux fils adultes. Enfant, il était passionné de mannequinat, a travaillé comme chauffeur pendant plus de vingt ans. Aujourd’hui à la retraite, il n’aime pas rester les bras croisés - il s’occupe de réparations d’appartements, va à la salle de sport pour maintenir une bonne forme physique.

Au fil des ans, Sergueï a vécu à Moscou, dans la région de Kaliningrad et en Yakoutie. Récemment, il a vécu à Magadan. Dans les années 2000, il a été très impressionné par l’évidence que la Bible est la Parole de Dieu.

Les proches de Sergueï ne comprennent pas pourquoi une personne pacifique est poursuivie en vertu d’articles criminels, bien qu’ils comprennent que c’est exactement ce que la Bible a prédit.

Historique de l’affaire

Après une série de perquisitions à Magadan en mai 2018, Konstantin Petrov, Yevgeny Zyablov et Sergey Yerkin ont été placés dans un centre de détention provisoire. Le même jour, à Khabarovsk, Ivan Puyda a été fouillé. Il a été arrêté puis emmené à 1600 km de là, au centre de détention provisoire de Magadan. Les croyants ont passé deux à quatre mois derrière les barreaux, puis ont été placés en résidence surveillée. En mars 2019, le FSB a effectué une autre série de perquisitions. Le nombre d’accusés dans cette affaire a ensuite atteint 13, dont six femmes, dont des personnes âgées. L’enquêteur considérait que la tenue de services religieux pacifiques constituait l’organisation des activités d’une organisation extrémiste, y participait et la finançait. En près de quatre ans d’enquête, l’accusation contre 13 croyants est passée à 66 volumes. L’affaire a été portée devant les tribunaux en mars 2022. Lors des audiences, il est apparu clairement que l’affaire était basée sur le témoignage d’un témoin secret - un informateur du FSB qui tenait des registres secrets de culte pacifique. En mars 2024, les croyants ont été condamnés à des peines avec sursis allant de 3 à 7 ans.