Actualisé: 15 juillet 2024
Nom: Kim Artem Stanislavovich
Date de naissance: 3 janvier 1988
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (1), 282.3 (1)
Limites actuelles: Contrat d’engagement
Phrase: Peine sous la forme de 6 ans 6 mois d’emprisonnement, avec privation du droit de s’engager dans des activités liées à la direction et à la participation au travail des organisations publiques pendant une période de 3 ans, avec restriction de liberté pour une période de 1 an, la peine sous forme d’emprisonnement est considérée comme conditionnelle avec une période probatoire de 3 ans 8 mois

Biographie

Le 15 février 2019, des perquisitions massives ont été menées au domicile des croyants de Surgut. Cela a été suivi par des passages à tabac et des tortures d’au moins 7 croyants. Entre autres, Artyom Kim a fait état de tortures. Que sait-on de lui ?

Artem est né en 1988 à Surgut. Enfant, il aimait le football, le basket-ball et le volley-ball. Après avoir obtenu son diplôme, il est diplômé du Surgut Petroleum College et travaille dans le domaine des technologies de l’information depuis plusieurs années. Il a beaucoup d’amis qu’il aide à réparer du matériel informatique et des voitures.

Adolescent, Artem a entendu parler de la Bible par sa mère, qui a été guidée par ses conseils lors de l’éducation de son fils. Ce qu’il apprit lui paraissait raisonnable et logique. En 2013, il a épousé Nadezhda.

En raison de blessures reçues à l’école, Artem a dû arrêter le sport, mais au début de l’année 2019, avec sa femme, il a maîtrisé le snowboard. Le couple a même décidé de se rendre dans une station de ski avec des amis à la fin du mois de février. Il n’a pas été possible de mettre en œuvre ces plans - l’affaire criminelle a pris tout le temps libre d’Artyom, et la torture a encore miné sa santé.

Les proches d’Artem sont choqués et indignés par ce qui se passe. Cela leur fait de la peine de voir que, dans une société civilisée, il est possible de persécuter des gens pacifiques et honnêtes, et encore plus lorsqu’il s’agit de tortures inhumaines.

Historique de l’affaire

En février 2019, le Comité d’enquête a ouvert une procédure pénale contre 18 hommes et 1 femme de Surgut (parmi eux se trouvait un homme confondu avec un Témoin de Jéhovah). Leurs domiciles ont été perquisitionnés. Au cours des interrogatoires, 7 croyants ont été soumis à des violences. Artur Severinchik a été envoyé dans un centre de détention provisoire pendant 29 jours, et Evgueni Fedine et Sergueï Loginov pendant 56 jours. Timofeï Joukov a été illégalement interné dans un hôpital psychiatrique pendant 14 jours. Des croyants se sont plaints de l’usage de la torture auprès du Comité d’enquête, de la CEDH et du Commissaire aux droits de l’homme, une conférence de presse a été organisée avec la participation de défenseurs des droits de l’homme, mais aucun membre des forces de sécurité n’a jamais été traduit en justice. En octobre 2021, les pièces du dossier ont été soumises au tribunal. Le procureur a requis une peine d’emprisonnement de 3 ans et 3 mois à 8,5 ans de prison, et 9,5 ans pour Loginov, ce qui était la peine la plus sévère pour avoir cru en Jéhovah Dieu dans la Russie moderne.