Actualisé: 15 juillet 2024
Nom: Boronos Vyacheslav Pavlovich
Date de naissance: 1 juin 1966
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (2), 282.3 (1)
Limites actuelles: Contrat d’engagement
Phrase: peine de 6 ans 6 mois d’emprisonnement avec restriction de liberté pour une période de 1 an, la peine sous forme d’emprisonnement est considérée comme conditionnelle avec une période probatoire de 3 ans 8 mois

Biographie

Le 15 février 2019, des perquisitions massives ont été menées au domicile des croyants de Surgut. Cela a été suivi par des passages à tabac et des tortures d’au moins 7 croyants. Entre autres, des actes de torture ont été signalés par Viatcheslav Boronos. Que sait-on de lui ?

Viatcheslav est né en 1966 à Omsk. Il a un frère cadet. Enfant, il était passionné de tourisme. Après avoir obtenu son diplôme de l’école de construction, il travaille avec succès dans le domaine de la construction depuis 25 ans, est un ingénieur de premier plan du département de réparation de bâtiments.

Dans sa jeunesse, lors de son hospitalisation, Viatcheslav a rencontré une infirmière nommée Victoria. Au fil du temps, les jeunes sont tombés amoureux les uns des autres et se sont mariés, cela s’est passé en 1991. En 2000, la famille a déménagé d’Omsk à Sourout à la recherche d’un emploi.

De retour à Omsk, Victoria s’intéressa à la Bible, et Viatcheslav, voyant des changements positifs dans son caractère et sa personnalité, se joignit à elle pour étudier l’ancien livre. Il a découvert le sens de la vie, qu’il n’échangerait pour rien au monde. Aujourd’hui, c’est une famille chrétienne très unie - le couple et leur fils adorent voyager avec une tente, collectionner des puzzles, aller à la salle de sport. La femme et le fils de Viatcheslav essaient de ne pas se décourager et de le soutenir dans cette période difficile.

Historique de l’affaire

En février 2019, le Comité d’enquête a ouvert une procédure pénale contre 18 hommes et 1 femme de Surgut (parmi eux se trouvait un homme confondu avec un Témoin de Jéhovah). Leurs domiciles ont été perquisitionnés. Au cours des interrogatoires, 7 croyants ont été soumis à des violences. Artur Severinchik a été envoyé dans un centre de détention provisoire pendant 29 jours, et Evgueni Fedine et Sergueï Loginov pendant 56 jours. Timofeï Joukov a été illégalement interné dans un hôpital psychiatrique pendant 14 jours. Des croyants se sont plaints de l’usage de la torture auprès du Comité d’enquête, de la CEDH et du Commissaire aux droits de l’homme, une conférence de presse a été organisée avec la participation de défenseurs des droits de l’homme, mais aucun membre des forces de sécurité n’a jamais été traduit en justice. En octobre 2021, les pièces du dossier ont été soumises au tribunal. Le procureur a requis une peine d’emprisonnement de 3 ans et 3 mois à 8,5 ans de prison, et 9,5 ans pour Loginov, ce qui était la peine la plus sévère pour avoir cru en Jéhovah Dieu dans la Russie moderne.