Actualisé: 12 juillet 2024
Nom: Solntsev Mikhail Yuriyevish
Date de naissance: 26 décembre 1962
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (2)
Limites actuelles: Contrat d’engagement
Phrase: peine de 3 ans d’emprisonnement, avec privation du droit de participer à des activités liées à la participation à l’activité d’organisations et d’associations religieuses publiques pour une durée de 3 ans, avec restriction de liberté pour une durée de 10 mois, une peine d’emprisonnement est considérée comme sursis avec une période probatoire de 2 ans

Biographie

Le 20 mars 2019, les perquisitions et les interrogatoires de citoyens en lien avec leurs croyances chrétiennes ont repris à Magadan. Les époux Mikhaïl et Oksana Solntsev sont devenus de nouveaux accusés dans une affaire pénale contre des croyants de Magadan, qui avaient déjà atteint l’âge de 13 ans. L’enquête pense qu’ils ont participé à des services religieux. Que savons-nous de Michael ?

Mikhaïl est né à Novossibirsk en 1962 et un an plus tard, il a déménagé à Magadan avec ses parents. Depuis l’enfance, il aimait les sports (hockey, football, natation, ski). La famille passait souvent les week-ends dans la nature : ils faisaient de la randonnée, du ski en hiver, de la pêche toute l’année.

En 1982, Mikhaïl est diplômé de l’école technique de pilotage de l’aviation civile de Riga et a travaillé comme contrôleur aérien à l’aéroport de Magadan. En 2008, il est diplômé de l’Université d’État de l’aviation civile de Saint-Pétersbourg avec un diplôme en contrôle du trafic aérien. Depuis, il travaille à temps plein comme répartiteur-instructeur, formant de jeunes professionnels. Il aime toujours pêcher et aime sortir dans la nature, mais avec sa famille.

Lui et sa femme Oksana sont ensemble depuis plus de 30 ans. Oksana a été la première de la famille à s’intéresser à la Bible, et cela s’est fait remarquer. « Pendant longtemps, je n’ai pas compris cette passion », admet Mikhaïl. « Mais le comportement de ma femme, qui était en train de changer pour le mieux, et la communication avec mes coreligionnaires ont également suscité de l’intérêt pour moi. J’ai aussi décidé d’étudier les Saintes Écritures. Cela m’a rapproché de Dieu. Le couple a élevé une fille qui vit avec sa famille à Saint-Pétersbourg. Aujourd’hui, Mikhaïl et Oksana élèvent un fils de 8 ans.

Les poursuites pénales contre Mikhaïl et Oksana ont été un coup dur pour toute la famille, ruinant divers plans. Oksana voulait déménager à Taganrog pour s’occuper de ses parents malades, mais l’engagement de ne pas partir pour les deux époux ne le lui permettait pas. Mikhaïl espérait le finaliser d’ici la fin de l’année afin de prendre un repos bien mérité, mais, étant sous l’engagement de ne pas partir, il ne pouvait pas se rendre à Khabarovsk pour obtenir une conclusion d’attestation. Il n’est pas en mesure de continuer à travailler et à subvenir aux besoins de sa famille. Une famille respectueuse des lois n’a pas la possibilité de mener une vie normale.

Historique de l’affaire

Après une série de perquisitions à Magadan en mai 2018, Konstantin Petrov, Yevgeny Zyablov et Sergey Yerkin ont été placés dans un centre de détention provisoire. Le même jour, à Khabarovsk, Ivan Puyda a été fouillé. Il a été arrêté puis emmené à 1600 km de là, au centre de détention provisoire de Magadan. Les croyants ont passé deux à quatre mois derrière les barreaux, puis ont été placés en résidence surveillée. En mars 2019, le FSB a effectué une autre série de perquisitions. Le nombre d’accusés dans cette affaire a ensuite atteint 13, dont six femmes, dont des personnes âgées. L’enquêteur considérait que la tenue de services religieux pacifiques constituait l’organisation des activités d’une organisation extrémiste, y participait et la finançait. En près de quatre ans d’enquête, l’accusation contre 13 croyants est passée à 66 volumes. L’affaire a été portée devant les tribunaux en mars 2022. Lors des audiences, il est apparu clairement que l’affaire était basée sur le témoignage d’un témoin secret - un informateur du FSB qui tenait des registres secrets de culte pacifique. En mars 2024, les croyants ont été condamnés à des peines avec sursis allant de 3 à 7 ans.